Un passage remarqué au Boulot vers…,

Sonia Fortier, directrice production/ventes à LBV… [1998-2005]

Rien ne prédisposait Sonia Fortier à s’impliquer dans une entreprise d’insertion. Native d’Hochelaga-Maisonneuve, elle entre au Boulot vers… comme représentante, d’abord. Elle a déjà une solide expérience commerciale et gère bien sa carrière. Elle est en transition et sait ce qu’elle veut : un défi ! Sa rencontre avec l’entreprise, sa directrice en particulier, va la changer beaucoup plus qu’elle ne s’y attendait ! Voici une entrevue avec une travailleuse plus que jamais engagée — économiquement et socialement — dans son milieu !

LBV : En quelles années as-tu fait ton séjour au Boulot vers ?

Sonia : De 1998 à 2005. J’ai d’abord été représentante, et après, directrice productions et ventes. Je crois que mon poste, créé par Jeanne à mon arrivée, a toujours été un work in progress !

LBV : Que retiens-tu de cette époque ? 

Sonia : J’ai effectué un passage de l’entreprise privée à l’entreprise sociale, j’en retiens les différences, l’implication. Aussi, le travail soutenu avec Jeanne, la directrice générale, une femme tellement inspirante…

LBV : Quand tu penses aux stagiaires, qu’est-ce qui te frappe maintenant ? 

Sonia : La chance que j’ai eue de faire partie de leur vie, pour un laps de temps réduit. Six mois de stage, c’est relativement court, mais je sais que pour certains, ce temps passé au Boulot vers… est resté un moment charnière dans leur vie… C’est la même chose pour moi, je repense souvent à des épisodes ludiques en leur compagnie. Des souvenirs de relations patrons-employés qui me font sourire. Être témoins de succès est une chose enrichissante !

LBV : Quand tu repenses à l’équipe de travail du temps, qu’est-ce qui remonte ? 

Sonia : Le plaisir de faire partie d’une équipe complice ! Mes équipes de production, Gaby, Yvon, Conrad, Gaston, des hommes de grandes qualités, lesquels étaient 40 heures semaines avec les stagiaires dans l’atelier… Ça, c’est un défi à chaque jour !

LBV : Quelles traces restent encore dans ta vie actuelle de cette période ? 

Sonia : Mon engagement dans diverses organisations, comme la Maison d’hébergement d’Anjou, la Chambre de Commerce de l’Est, la Fondation du Collège de Rosemont, le Conseil de surveillance de la Caisse Hochelaga-Maisonneuve.

LBV : Que fais-tu maintenant comme travail ? 

Sonia : Je suis copropriétaire avec mon conjoint d’une entreprise de rénovation résidentielle qui souligne ses 25 ans cette année. Nous en sommes propriétaires depuis 2010. L’entreprise est en pleine croissance, nous venons d’ouvrir une 2e salle de montre dans Rosemont, vraiment c’est une belle entreprise !

LBV : Quel message livrerais-tu aux jeunes en stage au Boulot vers… ? 

Sonia : Il faut commencer quelque part, le travail est la base de l’autonomie. Le Boulot vers… est une excellente façon de (re)commencer à prendre sa vie en main.