S’engager est affaire de confiance et de cœur, du président au stagiaire !

Durochers Pierre

Pierre Desrochers, membre du conseil [1998-2006]

Quand Pierre Desrochers raconte sa participation au Boulot vers, débutée avant les années 2000[1], c’est à partir de son expérience bénévole à la gouvernance de l’organisme qu’il le fait. Et c’est rapidement la confiance et la transparence qu’il évoque, sans les nommer.

Force est de constater que ces valeurs ont été au cœur de son engagement en tant qu’administrateur, président du conseil ainsi que membre du conseil d’administration de la Fondation Boulot vers.

Pour ce cadre d’entreprise qui a occupé des postes prestigieux — dont président du comité exécutif à la Ville de Montréal, qu’il a quitté en novembre 2017 —, l’élan philanthropique provient de « l’implication dans ma communauté : ça m’a permis de discuter plus facilement des enjeux, par le réseau que je développais et la crédibilité que j’y obtenais ».

Très actif dans l’Est de Montréal, à la Chambre de Commerce, à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et à sa Fondation notamment, il avoue avoir été « recruté par le cœur et la générosité quand est venu le temps de m’engager au Boulot vers ».

« Plus spécifiquement, par rapport aux autres postes bénévoles que j’ai occupés, ce qui m’a attiré à Boulot vers, c’est l’approche client. Là, chaque stagiaire est pris en charge. On focusse sur le groupe, oui, mais on focusse aussi sur la personne. Cette orientation est réconfortante : quand chaque personne redevient autonome, c’est une victoire ! »

« Au CA, notre mandat était double : appuyer l’OBNL dans sa gouvernance et aussi, nous assurer que l’organisme bénéficiait des fonds nécessaires à la poursuite de sa mission. »

Lui qui a souvent été sollicité pour siéger sur des conseils d’OBNL explique son choix du Boulot vers d’une façon toute simple, et qui fait beaucoup de sens : « C’est un coup de cœur ! On croit à la cause, et on croit aux gens qui, dans leur effort continu, portent la cause ! » On est ici totalement dans la confiance, avec ses manifestations de transparence et la complicité qui en découle.

Dans cette chaîne des valeurs, Pierre Desrochers inclut les jeunes : « J’ai toujours trouvé réconfortant de voir les anciens stagiaires. De constater combien ils avaient réussi. Se prendre en main, retourner aux études, se trouver un emploi stable, être autonome. Cela me réconfortait, dans les choix d’appui que j’ai faits. C’est signe que la mission fonctionne. L’Équipe du Boulot vers fait un travail efficace, rentable, qu’on doit soutenir. »

Cette notion de confiance, elle s’étend jusqu’aux stagiaires : « Je peux comprendre que chez certains jeunes, les difficultés sont grandes. Qu’il y a un effort, parfois considérable, à produire. Et si des organismes comme Boulot vers ont à cœur la réussite des jeunes, à la fin, au bout du compte, on ne peut aider que ceux qui s’aident eux-mêmes ! Les jeunes ont leur bout de chemin à faire, ils ont leur part de responsabilité ! »

Pierre desrochers - Ville de Montréal

Et c’est cet engagement du jeune face à lui-même, dans sa propre prise en charge et dans son autonomie, qui réconforte l’administrateur et le philanthrope en Pierre Desrochers.

Cela renforce le sens de son geste : s’engager est affaire de cœur et de confiance, et ce, entre tous, tant les employés, la direction, les stagiaires que les bénévoles !

[1] Pierre est arrivé en 1998 au conseil d’administration du Boulot vers. Il a été élu vice-président en 2002 et en 2004, il en est devenu le président jusqu’en 2006, année où il a quitté Le Boulot vers.