Réaliser la réalité du travail

Serge Blais- Boulot vers

Serge Blais, directeur général, Centre de la Petite Enfance [CPE] Rosemonde,

Serge Blais travaille avec les enfants depuis 1982. Il est devenu directeur du CPE Rosemonde en 1993, et c’est à titre de chargé de projets que, plus tard, il est intervenu dans des dossiers d’aménagement et de construction, en 1993 et en 2012, mandaté pour trouver des fournisseurs et négocier avec eux.

« À l’époque, en 1993, quand il y avait des installations à faire, il nous fallait des gens qui soient capables de répondre à nos attentes et construire selon nos spécifications particulières. C’était nouveau. Nous avions besoin de fournisseurs créatifs et ouverts, qui acceptent de faire des meubles « hors normes » pour les besoins de notre clientèle », ces petites personnes que sont les enfants.

C’est là que s’est fait le maillage avec Le Boulot vers… « Quand on tombe sur une entreprise d’économie sociale qui fait des meubles, c’est un peu dans nos cordes à nous ! C’est une entreprise qui nous ressemble, au sens des valeurs. »

Une fidélité, un suivi, une confiance basée sur le respect et une mission similaire ? Serge s’explique : « On peut faire un parallèle : nous, nous préparons les enfants pour qu’ils soient prêts à apprendre à l’école. Boulot vers reprend les enfants qu’on a échappés, qui ont eu des difficultés à l’école pour toutes sortes de raisons ! Au fond, nous partageons le même objectif : intégrer les personnes dans la société en respectant leurs capacités et leurs besoins. »

Pour mieux se faire une idée, Serge s’est déjà rendu à l’usine : « Quand j’ai visité l’atelier, j’ai vu les jeunes, l’atmosphère de travail, comment ça fonctionnait. Je voyais qu’il y avait chez les formateurs de l’atelier un souci de bien montrer, un respect des jeunes en stage. Je le vois ça aussi quand ils viennent au CPE faire les installations. Ils sont préparés au service à la clientèle. Ils sont encadrés d’une façon attentive : le superviseur ne fait pas le travail à leur place, mais il les soutient et les aide au besoin. Les jeunes sont respectueux, ils apprennent à se comporter face au client. Je l’observe et je l’apprécie. »

Autrement dit, chez un client comme le CPE, on fait en sorte que les stagiaires prennent la mesure de la réalité du marché du travail.

C’est ainsi que l’aventure se poursuit : « Au CPE, à partir du moment où nous avons commencé, nous n’avons jamais cessé. Comme Boulot vers remplit sa mission, tant auprès de nous qu’auprès de ses stagiaires, je renouvelle. » La note qu’accorde le client à l’entreprise d’insertion et à ses stagiaires ? « Très satisfait ! » La confiance règne. « Je ne pourrais pas accepter que les enfants de notre centre évoluent dans une installation de qualité médiocre. Ne serait-ce que pour une question de sécurité ».

C’est un apprentissage d’une grande richesse. Qui donne toute une valeur au stage à Boulot vers, fait remarquer Serge : « Pour un jeune, une ouverture comme celle-là, quand elle se présente dans sa vie, on ne peut pas la rater. Même si ce n’est pas ce qu’on envisage faire, on va profiter de cette chance ! Ça ouvre d’autres portes, en fait. On peut y apprendre plein d’affaires : le travail en équipe, les relations avec les formateurs, le contact avec le client, etc. C’est une expérience absolument enrichissante ! »