Quand la fierté mène à la confiance

Maxime Larivée, stagiaire au Boulot vers… en 2017

C’est une grande victoire pour Maxime Larivée, tout juste sorti, à 19 ans, de son stage : après 6 mois au Boulot vers…, il poursuit sa démarche et entreprend à la mi-avril un DEP en entretien général d’immeubles ! Fier, il dit que la persévérance rapporte.

Jeune résidant d’Hochelaga-Maisonneuve où il est né et a grandi, Maxime a un parcours scolaire qui ressemble à celui de bien des jeunes de son âge : pas nécessairement facile, avec des difficultés à surmonter. Mais Maxime peut y faire face, par lui-même ou soutenu par des ressources et des personnes sur son chemin. À commencer par sa famille : « Mon modèle dans ma vie, c’est mon grand-père. Il a travaillé dans la construction, et j’ai toujours voulu être comme lui. Je suis ses pas. Il est content de ce qui m’arrive. C’est un homme au grand cœur. Il est dévoué, gentil avec les gens. Il est très fort, physiquement. Il me supporte dans tout ce que je fais. Il m’inspire. »

Son stage terminé il y a six mois, Maxime demeure reconnaissant envers Le Boulot vers… de maintenir le contact avec lui encore aujourd’hui : « ils m’ont aidé, ils m’ont tapé dans le dos, ils m’ont donné beaucoup d’aide dans mes démarches. En ce moment. c’est ce qui fait que j’entreprends un DEP. Ils m’ont montré à persévérer. Ils m’ont aidé à réaliser ce que je pouvais faire, à développer mes compétences, mes capacités. Je suis vraiment content d’être passé au Boulot vers… »

Comment anticipe-t-il ce qui s’en vient ? « Ma vie va devenir plus stable. Je me vois avec un horaire organisé, à faire quelque chose que j’aime. J’ai besoin d’une routine : juste ça, ça m’aide. Ça me permet d’être plus en forme. D’être disponible pour rencontrer des gens, de faire partie d’un réseau social. Je sais où je m’en vais : je vais travailler de mes mains, à faire un travail que j’aime. »

Et à gagner de l’argent ? « C’est important, l’argent, mais ce qui vient en premier, ce n’est pas l’argent, c’est d’aimer ce qu’on fait. En entretien général d’immeubles, je vais toucher à tout, la plomberie, les lavabos, les toilettes, l’électricité, les lumières, etc. Travailler des choses concrètes, cela me convient. J’ai toujours été manuel, j’ai toujours aimé travailler de mes mains, depuis que je suis tout petit. »

Maxime, que dirais-tu à un jeune qui envisage frapper à la porte du Boulot vers… ? « Au Boulot vers…, on rencontre du monde super gentil, des plus jeunes et des plus vieux dans la même situation que soi. On a du fun en travaillant ! Ensemble, on fait bonne équipe, on s’entraide : les anciens accueillent les nouveaux qui, devenus anciens, aident à leur tour les nouveaux. Je trouve que Le Boulot vers…, c’est une belle chose ».

Pour Maxime, être positif et enthousiaste, c’est la vie ! Il manifeste une grande fierté à être là où il est rendu et constate toute la confiance et la puissance qui en découlent !