Persévérer, retrouver le goût

Roxane Dufort - Boulot vers

Roxanne Dufort, stagiaire en 2008 au Boulot vers

Dix années se sont écoulées depuis que Roxanne est passée au Boulot vers.

Arrivée à l’âge de 19 ans, à la suite des recommandations d’une amie, elle a derrière elle un secondaire cinq et l’expérience de petits métiers qu’elle a exercés. Elle veut maintenant mettre de l’ordre dans tout ça.

Elle se rappelle bien. Et reste avec de bons souvenirs : « Mon passage au Boulot vers a vraiment été une belle période. J’ai fait un stage de six mois, j’étais dans l’équipe de soir. J’ai rencontré des gens super. J’ai conservé des photos de groupes. Je me suis amusée, au cours de ce cheminement-là. »

Aujourd’hui encore, elle revoit les autres stagiaires et les membres de l’équipe lors de concerts bénéfices annuels ou au fil de rencontres au hasard, dans le quartier où elle demeure.

« Les intervenants ont un rôle rassembleur, exprime-t-elle. Ils sont là pour nous conseiller, nous dire ce qu’il faut entendre, et non pas ce qu’on souhaiterait entendre ». Sous-entendant par là qu’en tant que stagiaire, on peut être tentée de se conter des histoires plutôt que de faire face à la réalité ? « Ils ont vraiment le rôle de susciter la réflexion intérieure ».

Roxanne est à l’écoute de ce qui se passe en elle. Au Boulot vers, elle accepte de regarder avec d’autres certains aspects de sa vie qui ne fonctionnent pas forcément bien, et d’en tirer les actes à poser. Comme la fois où, en échange avec une intervenante, elle a réalisé que sa relation amoureuse de l’époque était nuisible pour son équilibre. « Aujourd’hui, je suis contente d’être sortie de cette relation-là, toxique, malsaine. Reconnaissante de ce que m’a apporté l’intervenante du Boulot vers : elle m’a invitée à mettre le pied à terre et à établir mes limites, à dire « non ». Ça m’a ouvert les yeux. Ça a été le début d’une nouvelle vie. J’ai beaucoup de reconnaissance. »

« Je suis arrivée là avec l’espoir de trouver ma voie. J’en suis sortie avec le sentiment que j’avais à trouver ce que j’allais devenir. » Les années qui ont suivi ont été par moments difficiles. Sur le plan profession, elle a poursuivi en ébénisterie puis pendant deux ans en éducation spécialisée. La suite est sombre : « Le médecin m’a parlé d’épuisement professionnel. J’ai mis un terme à mes études pour prendre soin de moi ». Elle suspend la formation. Avec l’idée, résiliente, d’obtenir quand même un diplôme.

C’est en technique de documentation qu’elle s’est orientée, il y a un peu moins de deux ans, à l’aube de sa trentaine. « Bien que j’aie encore des incertitudes et des craintes, je persévère, parce que je tiens à aller jusqu’au bout ! »

Roxanne est une personne consciente de ce qui l’anime, en mouvement par rapport à ce qu’elle découvre. Son parcours est pavé d’événements, parfois heureux, parfois difficiles, qui la font grandir, et devenir de plus en plus ce qu’elle aspire à être, sans toujours savoir où cela arrivera…

Au fait, les événements récents qui lui arrivent semblent lui donner raison. Elle vient d’obtenir une bourse d’études de 1 000 $ de la Fondation Desjardins pour les études postsecondaires. Dans son plaidoyer pour l’obtenir, elle a parlé de persévérance scolaire tout comme du goût qu’elle a de retourner aux études.

Jeune femme connectée, sensible, engagée à mieux se connaître, Roxanne est à l’écoute des conseils que lui adresse la vie et, persévérante, fait confiance à ce qui se présente.