L’éducation « pour tous » … OUI! Mais comment arriver à l’éducation PAR tous ?

Jeanne Doré, directrice du Boulot vers...

Une éducation « pour tous », telle semble être la mission derrière la politique sur la réussite éducative, dévoilée le 21 juin dernier par le Premier ministre Philippe Couillard et le Ministre de l’Éducation Sébastien Proulx, souhaitant augmenter la diplomation du niveau secondaire chez les élèves de moins de 20 ans et passer ainsi de 74 % à 85 % d’ici 2030.

Ce n’est pas la première politique qui a comme mission de « s’occuper de l’éducation » au Québec. Au Boulot vers, nous sommes témoins depuis 34 ans que l’éducation n’est pas « pour tous »; nous observons un déclin constant du taux de scolarité, reflétant une détérioration des conditions de vie des jeunes en difficulté. Seulement en 2016, 75% des stagiaires du Boulot vers avaient un niveau de scolarité égal ou inférieur au secondaire III; 15% d’entre eux n’avaient jamais accédé au secondaire, donc un jeune sur six n’avait pas terminé son primaire, un phénomène qui augmente d’année en année.

Si l’investissement en éducation représente 25% du budget annuel du Québec, peut-on dire que l’enjeu est financier? Ou n’est-ce pas un enjeu de vision? L’éducation pour tous, c’est l’affaire de tous ! Parents, enfants, monde de l’enseignement, gouvernement!  Pour faire face à leur responsabilité, les parents doivent se trouver dans des conditions leur permettant d’agir au-delà des besoins primaires de leurs enfants. Des chercheurs américains ont récemment découvert que les enfants pauvres sont plus souvent malades : la pauvreté de la mère durant la grossesse influence son système immunitaire, et plus largement le développement de son bébé.

Bien que je sois en accord avec le résultat souhaité par le Gouvernement Couillard, celui de garantir une éducation « pour tous », je m’interroge sur sa vision. En 1983, Le Boulot vers… constatait que les jeunes décrochaient de l’école sans obtenir leur diplôme d’études secondaires. Combien de temps cela prendra-t-il au gouvernement actuel pour redresser la situation des jeunes du Boulot vers qui sont de plus en plus nombreux à ne pas compléter leur primaire? S’attaquer aux raisons fondamentales qui, en tout premier lieu, peuvent empêcher un parent d’envoyer son enfant à l’école? Responsable du dossier de la jeunesse, le Premier ministre est conscient que Le Boulot vers… demeure un allié de premier rang!

À la semaine prochaine!

Jeanne Doré