Le blogue de Jeanne

Jeanne Doré, directrice du Boulot vers...

L’itinérance à Montréal : au-delà des chiffres

Voici un document particulièrement pertinent que vient de faire paraître le RAPSIM, le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal.

Comme l’écrit son coordonnateur, Pierre Gaudreau, « cette publication a notamment été développée en partant d’un traitement des réalités par quartier. Cette approche permet d’illustrer que l’itinérance est constatée et vécue dans différents arrondissements [dont Hochelaga-Maisonneuve], qu’elle y est nommée comme une réalité et un enjeu par différents organismes, par les services sociaux, par la police et les éluEs. Elle permet de bien faire voir la diversité des situations, leur complexité, leur caractère parfois bien visible, mais souvent invisible ou presque ».

À noter un article de France Labelle, directrice générale du Refuge des jeunes, qui décrit les différents parcours des jeunes dits « marginaux », « excluEs », « désengagéEs », « en difficulté » ou « sans domicile fixe ».

Jeanne Doré