En primeur (2)

Jeanne Doré, directrice du Boulot vers...

Dévoilement aujourd’hui du profil des stagiaires de l’année 2016.

En réalité, il n’y a pas un profil unique pour les jeunes. Sur quatre stagiaires, une est une femme; deux proviennent de l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, un des quartiers de St-Michel ou de Montréal-Nord; un appartient à une minorité visible. Les deux-tiers sont sans soutien public du revenu à leur entrée en stage, les autres étant prestataires de l’assistance sociale ou en emploi précaire.

Mais ce qu’ils ont en commun, c’est la faible scolarité (3 jeunes sur 4 n’ont pas atteint ou complété le secondaire III, un jeune sur sept n’a pas accédé aux études secondaires) et les difficultés d’apprentissage (1 sur 2). C’est aussi d’énormes problèmes de santé mentale (8 sur 10) et de santé physique (9 sur 10).

Un jeune sur deux subit les conséquences d’une marginalisation de longue durée, y compris l’itinérance. Un sur trois a eu des démêlés avec la justice et un sur quatre a été victime de violence.

C’est d’eux qu’il s’agit quand on parle aujourd’hui de jeunes en difficulté.

Parce qu’on est en 2017!

À la semaine prochaine,

Jeanne Doré