Guy Pépin, 1953-2020

Guy Pépin est décédé le 2 juillet 2020, à l`âge de 67 ans, des suites d’un cancer. Il était le fils de Bernard Pépin, décédé plus tôt ce printemps, le 2 mai. L’équipe du Boulot vers tient à offrir toutes ses sympathies à la famille Pépin, durement touchée par ces deux départs. 

Nous n’oublierons jamais que Guy – comme son père Bernard — a été associé de près à la création du Boulot vers : il en est l’un des trois fondateurs, avec Élyse Benoît et Patrice Rodriguez. Ébéniste de formation, il a été responsable de la production dans les années 1980. Puis il a poursuivi sa carrière comme enseignant à l’École Père-Marquette, où il a incidemment continué à soutenir et à former de nombreux jeunes stagiaires provenant du Boulot vers. 

Le départ de Guy laisse dans le deuil les membres de sa famille et ses amis nombreux auxquels nous souhaitons exprimer nos plus sincères condoléances. 

Par ailleurs, on nous prie de mentionner que ceux qui veulent saluer une dernière fois Guy Pépin — ainsi que Bernard Pépin son père — pourront le faire le 24 juillet, de 9 h à 9 h, au Salon funéraire Bleu Ciel (rue Ontario), et pourront assister le 25 juillet 2020, à 13 h, à une célébration à l’Église Très Saint-Nom-de-Jésus. 

Les proches de Bernard Pépin qui souhaitent par ailleurs manifester leur reconnaissance peuvent le faire par un don à la Fondation Boulot vers

 

Photo de famille prise il y a plus de 20 ans –
Quatre générations réunies : de gauche à droite, Guy Pépin, Bernard Pépin son père
et grand-père de Hugo qui suit, lui-même père du poupon que tient Bernard.

Cette œuvre, Tsunami ras-de-marée, est un don de Guy Pépin au Boulot vers. Il s’agit d’un tableau signé par Marie Gélinas, une ébéniste ayant travaillé au Boulot vers et ex-collègue de travail de Guy Pépin au DEP en ébénisterie de l’École Père-Marquette.

 

Les trois fondateurs du Boulot vers, Élyse Benoît (en blanc, deuxième à partir de la droite, au premier plan), Guy Pépin (tout juste à droite d’Élyse) et Patrice Rodriguez (au dernier rang, sous le « O » de la banderole), en compagnie de membres du conseil et de stagiaires, lors d’une célébration anniversaire au milieu des années 1980. 

(Source : Le Boulot vers… 20 ans à meubler des vies, p. 113, par Anne-Marie Mottet, Les éditions Boréal, 2003)

Le boulot vers… répond aux inquiétudes des jeunes en rapport avec la COVID-19

Montréal, le 29 mai 2020 — La question nous est souvent posée : pour les jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent donner un nouvel élan à leur vie, Le Boulot vers… continue d’offrir la possibilité de faire un stage rémunéré d’une durée de 6 mois, et ce, dans le contexte particulier de la COVID-19 que nous vivons.

Les stages ont toujours lieu et se font en tenant compte des mesures de prévention et de sécurité en santé publique qu’impose le coronavirus. 

Plus que jamais, les jeunes ont besoin de soutien en cette période où nos écoles, nos institutions et le milieu du travail ont interrompu leurs activités usuelles : plusieurs se retrouvent actuellement sans cadre, sans référence, et Le boulot vers… peut leur apporter soutien et confiance dans cette transition vers une situation plus stable.

Le monde entier fait face à des circonstances difficiles. Et nous avons besoin des forces vives de notre communauté, particulièrement celle de tous les jeunes, pour faire la différence ! 

Pour adapter le travail en atelier d’ébénisterie et dans les bureaux à la réalité actuelle, de nombreuses mesures sont appliquées dans les locaux du Boulot vers : distanciation physique, lavage récurrent des mains, port du masque, nettoyage des bureaux après réunion, etc.

Nous sommes vigilants et souhaitons transmettre cette attention de tous les instants à nos jeunes participants, à notre personnel et à nos partenaires : en contexte de COVID 19, nous appliquons les meilleures pratiques pour protéger la santé des nôtres. 

La sécurité de tout le personnel a toujours été et demeure notre priorité. En tout temps, nous visons à ce que l’expérience des stagiaires du Boulot vers soit positive, formatrice, enrichissante et significative. 

Personne contact
Le Boulot vers…
Contact : Jean-François Lapointe, directeur général adjoint ; tél. : (514) 259-2312

Annonce : Installation du Boulot vers à La Tonnellerie

Plus d’une quarantaine d’invités étaient présents le 19 juin dernier, lors de l’annonce du Boulot vers de son installation à la Tonnellerie.

Parmi ses invités, on note :

Jesula Taylor, aide à la commercialisation et stagiaire au Boulot vers en 2006,

Carole Poirier, députée de Hochelaga Maisonneuve,

Olivier Laurin, représentant du Ministère des Transports ancien propriétaire de la Tonnellerie,

Johanne Pratte, présidente du conseil d’administration du Boulot vers

Les stagiaires Félix Servant-L’Heureux, Karolane Valiquette et Myriam Forest-Arseneault, entourant la directrice générale Jeanne Doré

La Tonnellerie, nouvelle maison du Boulot vers…

Le boulot vers se relocalise à la Tonnellerie

Requalification et mise en valeur d’un site patrimonial montréalais

Des jeunes redonneront une nouvelle vie à La Tonnellerie

Juin 2018 – L’entreprise d’insertion sociale et professionnelle Le Boulot vers… convie les représentants des médias à un point de presse, qui se tiendra le mardi 19 juin 2018 à 10 H AM, dans le but d’annoncer la requalification et la mise en valeur de La Tonnellerie, un joyau patrimonial situé dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Inoccupé depuis plus de 50 ans, ce bâtiment industriel, datant de 1888, accueillera en 2020 l’équipe du Boulot vers qui y relocalisera son atelier d’ébénisterie ainsi que ses bureaux afin de poursuivre sa mission en vue de contribuer concrètement à l’insertion durable dans la société et sur le marché du travail de jeunes exclus, souvent en situation de presqu’itinérance.

Voici les détails de l’invitation :

Quand : mardi 19 juin 2018, à 10h

Où : à La Tonnellerie (à l’intersection de l’Avenue Jeanne-d’Arc et de la rue Notre-Dame Est, Hochelaga-Maisonneuve)

Qui : Jeanne Doré, Directrice générale, Le Boulot vers…

Quoi : Arrivée des invités

Allocution des parties prenantes

Période de questions pour les journalistes et entrevues

Visite des lieux et occasion photo et vidéo sur place

 

RSVP avant vendredi le 15 juin 2018, 13h, à dirgenerale@boulotvers.org

– 30 –

 

À propos du Boulot vers

Le Boulot vers… a pour mission de venir en aide à des jeunes en difficulté, âgés entre 16 et 25 ans, qui ont quitté l’école depuis au moins un an et sont sans emploi. C’est au sein des bureaux et de l’atelier d’ébénisterie que les jeunes fabriquent des meubles solides et durables, en réponse aux besoins d’organismes de la communauté. Ces jeunes améliorent ainsi leur employabilité, leurs qualifications professionnelles et la prise de conscience de leur identité personnelle et de leur citoyenneté. Depuis sa création en 1983, Le Boulot vers… a soutenu plus de 3 500 jeunes dans leur insertion sociale et professionnelle, contribuant ainsi à bâtir une société inclusive et solidaire. Les services offerts par Le Boulot vers… sont rendus possibles grâce à la participation d’Emploi-Québec.

 

En 2018, Le Boulot vers… a 35 ans!

En 2018, Le Boulot vers… a 35 ans. C’est près de 3 500 jeunes qui sont passés par un stage au Boulot vers depuis 1983.

Plus de 120 jeunes ont participé au cours de l’été 2017 à une première mobilisation d’anciens pour partager leur histoire et ainsi continuer à nourrir la flamme de l’espoir de ceux et celles qui sont ou seront en stage.

Le Boulot vers vous fera entendre leur voix depuis la fin de leur stage jusqu’à maintenant. Des trésors de vie!

À suivre sur notre blogue!

126e cohorte au Boulot vers, la première cohorte 100% féminine!

En ce lundi 21 août, nous vivons une première très spéciale au Boulot vers : nous venons d’accueillir notre 126e cohorte, constituée à 100% de femmes! Du jamais vu! En moyenne, les femmes représentent le quart des jeunes en stage.

« Pendant plus de 20 ans j’ai dirigé un atelier composé au tiers de femmes ébénistes et je veux en profiter pour souligner le souci de finition des femmes » a tenu à partager ce matin le contremaître Gérald Tremblay, dans le cadre de l’arrivée de cette nouvelle cohorte.

Lors de la création du Boulot vers au début des années 1980, la notion de « métier non-traditionnel » était en pleine expansion. Pour les fondateurs, aider les femmes à intégrer le domaine de l’ébénisterie a été un choix fondamental.

Au Québec et au Canada, des mesures ont été mises en place pour faciliter l’accessibilité aux métiers non-traditionnels pour les femmes; la Commission de la Construction du Québec dévoilait en 2016 que le nombre de femmes dans le domaine avait augmenté de près de 10 %. Depuis son arrivée à titre de présidente directrice générale de la CCQ, Diane Lemieux a fait de l’accès des femmes aux métiers de la construction l’une de ses priorités.

35 ans à meubler des vies

Pour fêter ses 35 ans, Boulot vers… part à la conquête de témoignages d’anciens stagiaires.
« Je ne suis plus la même personne grâce au Boulot vers…Ça a changé ma façon de vivre et de penser. Tous mes premiers emplois je les ai eus grâce au Boulot vers…» (Justine Paradis, stagiaire en 2010 )
Si vous êtes un ancien stagiaire et que vous avez envie de nous partager votre histoire depuis la fin de votre stage, contactez-nous!