Décès de Bernard Pépin, citoyen bénévole bien connu dans Hochelaga-Maisonneuve

La sagesse de l’ouvrier qui peut changer le monde à sa base

Montréal, le 6 mai 2020 — Bernard Pépin est décédé le 2 mai 2020, à l’âge de 97 ans. Il laisse dans le deuil ses proches ainsi que la communauté entière d’Hochelaga-Maisonneuve, où il a vécu un long et fier parcours, y manifestant une présence communautaire soutenue.

Pour Jeanne Doré, directrice générale du Boulot vers…, Bernard Pépin est un être humain exemplaire : « Redonner au suivant l’a toujours guidé ». Né dans le quartier Hochelaga en 1922, l’ancien ouvrier de la Shop Angus a contribué, dès le début des années 1980, en tant que citoyen bénévole engagé dans la cause des jeunes marginalisés, au fondement de l’œuvre sociale du Boulot vers : « Il a été un pionnier de l’employabilité dans le quartier », relate-t-elle. Par son suivi et son engagement pendant toutes les 37 années passées, par son souci des jeunes, il a incarné le sens du travail ».

Un homme consacré au bien commun

Ouvrier complice au cœur du noyau des fondateurs de l’entreprise d’insertion Le Boulot vers…, il a accompagné de sa présence, de ses conseils, de sa sagesse, des milieux de jeunes sans emplois, devenus par la suite travailleurs.

Louise Harel, députée de 1981 à 2007 dans Hochelaga-Maisonneuve à l’Assemblée nationale du Québec, considère que Bernard Pépin fut un homme de bien : « Dédié à la réussite des jeunes, il a consacré sa vie au bien commun. Son contact direct avec la jeunesse lui a permis de rester jeune de cœur lui-même. Je tiens ici à le remercier pour son immense implication dans le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve : Il a été entre autres président de l’AQDR (association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées).

« C’est sur lui que reposait l’entretien de l’Église Saint-Clément, poursuit Louise Harel. Il a su mettre son talent manuel au service de la communauté. Il a participé au film LE SOLEIL SE LÈVE À L’EST[1] de Paul Carvalho, où l’on voit bien qu’il a toujours démontré son appartenance à la vie de son quartier. »

Un hommage post pandémie à venir

Élyse Benoit, une des fondatrices du Boulot vers, l’a bien connu et apprécié : « Bernard avait un sens de l’humour incroyable. C’était le rassembleur, celui qui réunissait tout le monde. Solide comme le roc à 95 ans, au cœur de l’œuvre du Boulot vers, il faisait la transmission du savoir : il apprenait quelque chose à tout le monde, sur la vie, le métier. »

« C’était un être chaleureux et extrêmement attachant, modeste et enjoué, conclut Louise Harel. Il va nous manquer. Nous sommes nombreuses et nombreux à vouloir l’honorer ». À cet effet, la directrice du Boulot vers… annonce qu’une cérémonie sera tenue dans les mois à venir, une fois la période actuelle de distanciation sociale et de confinement terminée.

Acteur de la bienveillance

Engagé auprès de tous les siens — parents, ami-e-s, confrères de travail, familles, bénévoles — il a été acteur « tenace » de la bienveillance et de la simplicité dans sa communauté d’Hochelaga dont il a été un pivot important. Bernard Pépin incarnait la sagesse de l’ouvrier qui peut changer le monde à sa base, une personne à la fois, un sourire et une douceur à la fois.

[1] Premier portrait d’une série sur la métropole produite pour le 375 e anniversaire de la fondation de la ville, en collaboration avec Radio Canada

 

Source : Le Boulot vers… (514) 259-2312

 

La Tonnellerie, nouvelle maison du Boulot vers…

Le boulot vers se relocalise à la Tonnellerie

Requalification et mise en valeur d’un site patrimonial montréalais

Des jeunes redonneront une nouvelle vie à La Tonnellerie

Juin 2018 – L’entreprise d’insertion sociale et professionnelle Le Boulot vers… convie les représentants des médias à un point de presse, qui se tiendra le mardi 19 juin 2018 à 10 H AM, dans le but d’annoncer la requalification et la mise en valeur de La Tonnellerie, un joyau patrimonial situé dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Inoccupé depuis plus de 50 ans, ce bâtiment industriel, datant de 1888, accueillera en 2020 l’équipe du Boulot vers qui y relocalisera son atelier d’ébénisterie ainsi que ses bureaux afin de poursuivre sa mission en vue de contribuer concrètement à l’insertion durable dans la société et sur le marché du travail de jeunes exclus, souvent en situation de presqu’itinérance.

Voici les détails de l’invitation :

Quand : mardi 19 juin 2018, à 10h

Où : à La Tonnellerie (à l’intersection de l’Avenue Jeanne-d’Arc et de la rue Notre-Dame Est, Hochelaga-Maisonneuve)

Qui : Jeanne Doré, Directrice générale, Le Boulot vers…

Quoi : Arrivée des invités

Allocution des parties prenantes

Période de questions pour les journalistes et entrevues

Visite des lieux et occasion photo et vidéo sur place

 

RSVP avant vendredi le 15 juin 2018, 13h, à dirgenerale@boulotvers.org

– 30 –

 

À propos du Boulot vers

Le Boulot vers… a pour mission de venir en aide à des jeunes en difficulté, âgés entre 16 et 25 ans, qui ont quitté l’école depuis au moins un an et sont sans emploi. C’est au sein des bureaux et de l’atelier d’ébénisterie que les jeunes fabriquent des meubles solides et durables, en réponse aux besoins d’organismes de la communauté. Ces jeunes améliorent ainsi leur employabilité, leurs qualifications professionnelles et la prise de conscience de leur identité personnelle et de leur citoyenneté. Depuis sa création en 1983, Le Boulot vers… a soutenu plus de 3 500 jeunes dans leur insertion sociale et professionnelle, contribuant ainsi à bâtir une société inclusive et solidaire. Les services offerts par Le Boulot vers… sont rendus possibles grâce à la participation d’Emploi-Québec.