Décès de Bernard Pépin, citoyen bénévole bien connu dans Hochelaga-Maisonneuve

La sagesse de l’ouvrier qui peut changer le monde à sa base

Montréal, le 6 mai 2020 — Bernard Pépin est décédé le 2 mai 2020, à l’âge de 97 ans. Il laisse dans le deuil ses proches ainsi que la communauté entière d’Hochelaga-Maisonneuve, où il a vécu un long et fier parcours, y manifestant une présence communautaire soutenue.

Pour Jeanne Doré, directrice générale du Boulot vers…, Bernard Pépin est un être humain exemplaire : « Redonner au suivant l’a toujours guidé ». Né dans le quartier Hochelaga en 1922, l’ancien ouvrier de la Shop Angus a contribué, dès le début des années 1980, en tant que citoyen bénévole engagé dans la cause des jeunes marginalisés, au fondement de l’œuvre sociale du Boulot vers : « Il a été un pionnier de l’employabilité dans le quartier », relate-t-elle. Par son suivi et son engagement pendant toutes les 37 années passées, par son souci des jeunes, il a incarné le sens du travail ».

Un homme consacré au bien commun

Ouvrier complice au cœur du noyau des fondateurs de l’entreprise d’insertion Le Boulot vers…, il a accompagné de sa présence, de ses conseils, de sa sagesse, des milieux de jeunes sans emplois, devenus par la suite travailleurs.

Louise Harel, députée de 1981 à 2007 dans Hochelaga-Maisonneuve à l’Assemblée nationale du Québec, considère que Bernard Pépin fut un homme de bien : « Dédié à la réussite des jeunes, il a consacré sa vie au bien commun. Son contact direct avec la jeunesse lui a permis de rester jeune de cœur lui-même. Je tiens ici à le remercier pour son immense implication dans le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve : Il a été entre autres président de l’AQDR (association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées).

« C’est sur lui que reposait l’entretien de l’Église Saint-Clément, poursuit Louise Harel. Il a su mettre son talent manuel au service de la communauté. Il a participé au film LE SOLEIL SE LÈVE À L’EST[1] de Paul Carvalho, où l’on voit bien qu’il a toujours démontré son appartenance à la vie de son quartier. »

Un hommage post pandémie à venir

Élyse Benoit, une des fondatrices du Boulot vers, l’a bien connu et apprécié : « Bernard avait un sens de l’humour incroyable. C’était le rassembleur, celui qui réunissait tout le monde. Solide comme le roc à 95 ans, au cœur de l’œuvre du Boulot vers, il faisait la transmission du savoir : il apprenait quelque chose à tout le monde, sur la vie, le métier. »

« C’était un être chaleureux et extrêmement attachant, modeste et enjoué, conclut Louise Harel. Il va nous manquer. Nous sommes nombreuses et nombreux à vouloir l’honorer ». À cet effet, la directrice du Boulot vers… annonce qu’une cérémonie sera tenue dans les mois à venir, une fois la période actuelle de distanciation sociale et de confinement terminée.

Acteur de la bienveillance

Engagé auprès de tous les siens — parents, ami-e-s, confrères de travail, familles, bénévoles — il a été acteur « tenace » de la bienveillance et de la simplicité dans sa communauté d’Hochelaga dont il a été un pivot important. Bernard Pépin incarnait la sagesse de l’ouvrier qui peut changer le monde à sa base, une personne à la fois, un sourire et une douceur à la fois.

[1] Premier portrait d’une série sur la métropole produite pour le 375 e anniversaire de la fondation de la ville, en collaboration avec Radio Canada

 

Source : Le Boulot vers… (514) 259-2312

 

Offre d’emploi – superviseur d’atelier d’ébénisterie

Depuis 35 ans, Le Boulot vers… a pour mission l’insertion sociale et professionnelle de jeunes en difficulté âgés de 16 à 25 ans. Pour réaliser cette mission, Le Boulot vers… offre un stage de formation personnalisée dans un cadre de travail réel et valorisant, dans ses bureaux et à l’intérieur de son atelier d’ébénisterie, dont le produit est un meuble à utilité sociale.

Relevant de la direction générale, vous serez principalement responsable de superviser une équipe composée d’une vingtaine de stagiaires en ébénisterie, de contrôler la qualité des produits, et d’assister la personne  responsable de la production et des ventes.

Principales tâches

  • Accueillir, former et coacher des jeunes en difficulté afin de les amener développer des compétences en lien avec le métier d’ébéniste;
  • Planifier, organiser, diriger, contrôler les activités de production incluant la fabrication et l’expédition des meubles;
  • Préparer les échéanciers de production;
  • Effectuer une gestion efficace du calendrier de production et des inventaires;
  • Établir des stratégies dans le but d’effectuer une utilisation efficace des matières premières, de la main d’œuvre et des équipements.

 Profil recherché :

Vous êtes aussi reconnue comme étant une personne ayant de bonnes habiletés en communication, la capacité de travailler en équipe, du leadership et un engagement marqué à former des jeunes en apprentissage.

Ayant un souci de satisfaire la clientèle, vous possédez également une bonne capacité à analyser ses besoins et à conclure des ventes. Votre rigueur en matière de santé/sécurité  et votre intérêt à aider les jeunes sont des incontournables dans la réalisation de notre mission.

 Vous détenez :

 Une formation d’ébéniste;

  • Une expérience d’une dizaine d’années comme ébéniste en fabrication de meuble;
  • Une expérience d’au moins cinq ans en gestion d’atelier et en production;
  • La capacité d’utiliser la Suite Office (Excel / Outlook plus particulièrement);
  • La connaissance pratique d’au moins un logiciel de dessins assistés par ordinateur tel que SolidWorks (atout).

Entrée en fonction : Dans les meilleurs délais

Le poste est à temps complet du lundi au vendredi. Nous offrons une rémunération compétitive comprenant notamment des avantages sociaux ainsi qu’un environnement stimulant sur le plan humain.

Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur candidature à l’attention du comité de sélection, avant le 9 novembre 2018, par courriel, à dga@boulotvers.org .Les entrevues auront lieu durant la semaine du 12 novembre 2018.

Nous remercions les personnes intéressées par ce défi, nous ne communiquerons cependant qu’avec celles qui seront retenues pour un entretien d’embauche.

Vente de mobilier extérieur

La vente de mobilier extérieur représente 30 % du chiffre d’affaires du Boulot vers depuis le début de 2017. Gardez l’œil ouvert, le mobilier urbain fabriqué par les jeunes du Boulot vers se trouve peut-être dans un espace public près de chez vous!

Avis aux anciens stagiaires : on a besoin de vous!

En 2018, Le Boulot vers… célèbrera ses 35 ans. Pour marquer le coup, l’entreprise a créé un nouveau volet d’activités fondé sur le désir d’anciens stagiaires de « donner au suivant ».

Embauchée depuis une semaine, Geneviève, étudiante en droit à McGill, réalise ce nouveau volet. Grâce aux contacts avec des anciens, elle dotera l’entreprise « d’histoires de vie » dont les stagiaires actuels et futurs bénéficieront ainsi que le grand public et les partenaires en quête de témoignages de réussites.

Tu es un ancien stagiaire? Tu désires t’impliquer ? Contacte Geneviève au (514) 259-2312 ou par le facebook des anciens.

Chose certaine, on veut célébrer nos 35 ans en ta compagnie!

 (N.B. : ce projet est rendu possible grâce à une subvention d’Emploi Été Canada)

Le concert bénéfice annuel, une tradition d’un quart de siècle au Boulot vers…

Tradition commencée il y a 26 ans, le concert bénéfice du Boulot vers… a permis de récolter jusqu’à maintenant 3,5 millions de dollars. Cette année, le montant visé est de 150 000 $, et déjà 90 000 $ ont été recueillis !

Nous vous invitons à continuer à soutenir la cause des jeunes en démarche d’insertion dans le marché de l’emploi. Pour un don à la campagne qui se poursuit jusqu’à la fin de l’année, consultez notre site web ou communiquez avec Jesula, [514] 259-2312.

Sessions d’information de juin, stages au Boulot vers…

Un stage rémunéré dans notre atelier d’ébénisterie ou dans nos bureaux vous intéresse ? Vous connaissez un jeune pour qui cette démarche serait un atout majeur dans son parcours vers le marché du travail ?

Nos prochaines sessions d’information sont les jeudis 8, 15, 22 et 29 juin 2017, à 10 h le matin. Inscription préalable requise au 514 259-2312, demandez Jesula.

Le véritable défi, M. le Ministre…

Jeanne Doré, directrice du Boulot vers...

Je reste étonnée des déclarations récentes du ministre François Blais[1] concernant le manque de demandeurs pouvant s’adresser aux organismes d’aide à l’emploi, et justifiant ainsi l’implantation de son programme Objectif emploi, pour forcer en quelque sorte les demandeurs d’emploi à se tourner vers les organismes en employabilité, tels les CJE, au risque de voir leur prestation diminuée s’ils ne le font pas.

Le taux de chômage est bas, dit-il. Mais tous les sans-emploi sont-ils inscrits au chômage ? Loin de là : certains ne peuvent pas travailler suffisamment pour bénéficier de l’assurance-emploi ! Comme si les chômeurs et les sans-emploi faisaient tout pour ne pas utiliser les ressources mises à leur disponibilité et ainsi rester dans leur situation précaire ! Comme s’ils en redemandaient !

Au Québec, la condition des jeunes ni au travail ni aux études[2] qui composent la clientèle du Boulot vers… n’est pas évidente, eux qui sont très souvent entre deux chaises, n’ayant pas suffisamment travaillé de par leur manque d’expériences et n’ayant donc pas accès à l’assurance emploi, en même temps trop jeunes pour bénéficier de l’aide sociale. Pas évidente, leur situation : les classe-t-on dans la catégorie des « non-demandeurs » ?

Notre ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Monsieur Blais, témoigne-t-il ici d’un manque complet de vision et surtout d’absence de conscience sociale ? Est-ce étonnant de la part de l’élu d’un gouvernement qui s’est lancé dans des coupures sévères il y a quelques années sous prétexte de renflouer l’économie, fragilisant les conditions de vie de toute une tranche de la population, appauvrie, instable, davantage précarisée ?

Le véritable défi, Monsieur le Ministre, c’est de mettre toutes les personnes en recherche d’emplois en connexion avec les ressources pouvant les aider ! De favoriser le travail de fond pour soutenir les citoyens à sortir de la marge, de l’itinérance, de la pauvreté, à retourner à l’école, à réintégrer le marché du travail.

[1] Les organismes d’aide à l’emploi en manque de clients ?, Le Devoir, 19 mai 2017

[2] [appelés en anglais NEET, Neither in Employment, Education or Training]

 

Partenaires commerciaux responsables

Le plan de développement organisationnel du Boulot vers… discuté et récemment adopté a amené l’entreprise à diversifier sa clientèle commerciale.

Ainsi, Boulot vers… traite depuis deux ans avec un client « différent », c’est-à-dire une entreprise artisanale du nom de Ma petite maison. C’est un précédent, puisqu’on délaisse ici la production de meubles à utilité sociale. Cela s’accompagne de préoccupations durables : partant, Boulot vers… rappelle sa mission et collabore avec des partenaires manifestant une responsabilité sociétale d’entreprise [RSE].

Dans l’atelier, le travail de fabrication de petites maisons permet de plonger rapidement les stagiaires nouvellement arrivés au Boulot vers… dans une production stimulante, concrète, qui comporte des facettes diversifiées : sablage, assemblage de pièces minces à coller/clouer, peinture « artistique », etc.

Concert bénéfice Patrice Michaud, le 30 mai 2017, 20 h, au Club Soda

— Le concert bénéfice du Boulot vers… est un moment choisi pour manifester son appui à la cause ! Patrice Michaud nous invite à venir célébrer avec lui ! Son message aux amis du Boulot vers… : plus que quelques dodos avant l’événement du 30 mai 2017, 20 h, au Club Soda. Vous avez vos billets ? Appelez Jesula, [514] 259-2312.

Notre photo : Patrice Michaud, lors d’une récente visite dans l’atelier du Boulot vert, en discussion avec Alain Faille, chargé de projet.

Le Boulot vers… invité au 85e congrès de l’ACFAS

Le 9 mai 2017, conjointement avec les chercheures de l’UQAM, Le Boulot vers… a participé au 85e congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) en présentant la recherche portant sur « l’Actualisation des choix stratégiques de l’entreprise d’insertion Le Boulot vers… dans le respect de sa mission et des visées de rentabilité sociale et économique ».

 

Sur notre photo, lors du Congrès de l’ACFAS à l’Université McGill, Jeanne Doré, directrice générale, pose la question : quelles sont les options offertes au Boulot vers… pour assurer le maintien de sa pertinence sociale et sa viabilité économique ?