Quand les anciens stagiaires se rencontrent!

Les anciens stagiaires du boulot vers

Le vendredi 1er décembre, des anciens (et quelques actuels) stagiaires se rencontrent. Au menu : un match de basket, un repas et une activité, dans l’usine, d’impression de photos sur bois, afin de se mettre dans une ambiance où la réussite règne!

L’invitation à laquelle des anciens répondent positivement vient d’un évènement créé sur Facebook : au total 34 personnes sont présentes.

Avec une telle réussite tous demandaient, à la fin de la soirée, à quand la prochaine rencontre ?

Les anciens stagiaires du boulot vers

 

Élections montréalaises : les femmes majoritaires

Au lendemain des élections municipales au Québec, on sent un nouveau souffle : les femmes sont plus présentes que jamais parmi les élus.

À Montréal seulement, elles deviennent majoritaires. Non seulement, Montréal vient d’élire pour la première fois de son histoire une femme à la Mairie mais, avec 53 femmes élues dans les divers postes de conseillers et de maires d’arrondissement, elles deviennent majoritaires.

Les enjeux qui animaient la vie municipale montréalaise avant le 5 novembre demeurent. Projet Montréal, le nouveau parti au pouvoir a une vision de la cité très pertinente pour les années futures. Au plan environnemental et social, cette vision nous paraît réaliste et riche; d’un point de vue économique, cette vision doit être tout aussi pertinente.

J’ai le goût de proposer un défi à cette nouvelle équipe d’élu/e/s montréalais/e/s : donnez le goût de leur ville aux citoyen/ne/s, à tel point que lors des prochaines élections, dans quatre ans, tout/e/s se sentent interpelé/e/s par leur devoir premier, celui de voter. Si le rêve de Projet Montréal et de la nouvelle mairesse tient la route, nous devrions voir disparaître un défaut cultivé depuis trop d’années, celui du cynisme. Et ainsi, si c’est possible, voir grimper le niveau de participation aux élections de tous, particulièrement des jeunes!

De l’entraînement physique au Boulot vers…

entrainement physique au Boulot vers

Être en forme en bougeant et en mangeant mieux!

En 2010, Le Boulot vers a ajouté un volet Entraînement physique à son programme d’intervention. À cette époque, le personnel constatait que les jeunes étaient peu en forme pour travailler dans l’atelier.

Le kinésiologue Thierry Gagnon est en charge depuis 2011 de l’entraînement physique des stagiaires. Il conseille également les jeunes sur leur alimentation et sur les douleurs physiques que ces derniers peuvent éprouver. Son travail, dit Thierry, aide les jeunes à créer des liens informels, à se connaître dans un autre contexte que celui du travail et à développer de bonnes aptitudes. Les stagiaires acquièrent plusieurs notions comme le respect de l’autorité, l’hygiène, la confiance en soi, l’esprit d’équipe, la motivation, la coordination et la tolérance envers ceux qui ont plus de difficultés.

Le volet Entraînement physique du Boulot vers… permet aux stagiaires de pratiquer une activité physique deux fois par semaine, chaque session dure une heure et quart. Les jeunes débutent l’entraînement physique à partir de la 3ème semaine de stage.

Les anciens ou/et les stagiaires désireux de faire davantage d’exercice physique peuvent s’inscrire au YMCA de la rue Hochelaga, à un tarif réduit.

 

 

Quand Le Boulot vers… répond aux besoins du SPVM

Réalisation du mobilier de la SPVM

En mode ébénisterie architecturale pour les stagiaires du Boulot vers…

Le Boulot vers… a mis en production, depuis le 10 octobre dernier, un contrat visant à meubler de nouveaux locaux du Service de Police de la Ville de Montréal.

« Le défi sur ce projet, nous livre le chargé de projet Alain Faille, c’est que tout le mobilier à produire est du sur-mesure. On sort des sentiers battus car les jeunes travaillent sur des matériaux différents et sur des conceptions de produits variés. D’un autre côté, de dire Alain, c’est très formateur pour les stagiaires qui pratiquent ainsi une ébénisterie architecturale. C’est toute une initiation pour ceux qui désirent poursuivre dans ce domaine; environ 80% des ébénisteries font de l’architectural à Montréal ».

Le mobilier sera livré dans la même bâtisse où réside Le Boulot vers, plus précisément à l’extrémité opposée de ses locaux. L’installation du mobilier a lieu dans deux semaines.

Merci au propriétaire de la bâtisse, les Camirand, qui a référé Le Boulot vers… au contracteur responsable de la nouvelle installation du SPVM.

 

Rencontre dans l’Est : Escale Famille Le Triolet et Le Boulot vers…

Meuble insertion sociale

En ce mois d’octobre, Le Boulot vers… salue la reprise des activités de l’organisme Escale Famille Le Triolet (EFLT), après une interruption liée à leur re-localisation.

EFLT est un organisme proposant aux familles « un lieu d’accueil, d’accompagnement, de référence et d’entraide ». Sa mission a pour but de favoriser le développement de l’enfant, tout en soutenant le rôle du parent. Ce sont plus de 170 familles de Mercier Ouest qui bénéficient des ressources et des services dans un milieu chaleureux.

En lui souhaitant longue et belle vie, Le Boulot vers… remercie L’Escale Famille Le Triolet pour la commande de leur cabanon extérieur, accompagné d’une table à pique-nique.

Élections municipales : la poule et l’œuf

Jean Dorée Directrice Boulot Vers

Vendredi 13 octobre, Pierre Desrochers président du comité exécutif de la ville de Montréal et membre du conseil d’administration du Boulot vers pendant plus de dix ans, vient rencontrer nos stagiaires lors d’une vie de groupe. L’objectif? Échanger sur l’importance d’exercer son droit de vote dans une démocratie, particulièrement au plan municipal.

Pierre desrochers - Ville de Montréal

Un faible taux de participation de la part des jeunes aux élections municipales!

Le 5 novembre prochain, les Québécois-es iront aux urnes pour élire leurs représentants municipaux. En 2017, l’enjeu de la participation des jeunes aux élections municipales demeure : le Directeur général des élections du Québec fait présentement campagne pour inciter une majorité de jeunes à se rendre aux urnes. Aux élections municipales de 2013, la participation des jeunes gravitait autour de 34%, dans la tranche d’âge des 18-24 ans.

Comment expliquer cette performance? Les jeunes rencontrés par M. Desrochers disent ne pas voir l’intérêt d’aller voter, étant donné qu’ils ne se sentent pas représentés dans les politiques municipales. Pierre Desrochers rétorque que si les jeunes allaient voter, les politiciens prendraient davantage leurs opinions en considération, en mettant en place des politiques plus orientées vers les problématiques vécues par les jeunes.

Un souci de représentation aux élections municipales!

Myriam, intervenante psychosociale au Boulot vers s’étonne du vif échange entre le Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal et les stagiaires. Notamment, elle relate les propos des stagiaires qui rebondissent sur l’invitation au vote de M. Desrochers: « Vous dites qu’il faut voter pour être représenté, mais que fait-on du cas des itinérants qui n’ont pas le droit de vote par exemple?». D’autres se demandent pourquoi l’école ne donne pas de cours d’éducation civique, qu’elle n’insiste pas sur l’importance du vote dans la société. Certains ajoutent qu’ils trouvent dommage de voir les affiches de campagne sans pouvoir en comprendre un traître mot. Finalement, certains soulignent le fait que leur statut de « résident permanent » les empêche d’exercer le droit de vote.

« Les jeunes n’ont pas forcément été influencés par la présence de M. Desrochers, mais cela a tout de même donné l’envie à certains, qui n’avaient jusqu’alors jamais voté, de se rendre aux urnes le 5 novembre » ajoute Myriam. Elle conclue en disant que cet échange permet aux jeunes de débattre entre eux et de réfléchir à ce que serait pour eux « une ville de rêve ». Une ville dans laquelle tous les sujets qui les touchent (tels que la santé, l’environnement…) seraient des enjeux de premier ordre.

 

La clinique dentaire mobile de McGill rend visite au Boulot vers…

La clinique dentaire de Mc Gill au Boulots vers...

Le 19 octobre en fin de journée, la clinique mobile dentaire de McGill était de passage dans l’atelier du Boulot vers… en vue d’apporter des soins dentaires gratuits à 10 stagiaires… (7 jeunes présentement en stage et 3 anciens stagiaires). Il s’agit de la septième année consécutive de partenariat entre la Faculté de dentisterie de l’Université McGill et Le Boulot vers…

L’atelier transformé en clinique dentaire

En moins d’une heure, l’atelier d’ébénisterie s’est transformé en clinique dentaire dirigée par 35 personnes. Il y avait des professeurs et des étudiants (des quatre années de scolarité) ainsi que des bénévoles. Sous la supervision de leurs professeurs, les étudiants ont pratiqué un nettoyage dentaire sur les stagiaires.

Prendre conscience de son hygiène dentaire

Pour ceux ayant une dentition très mal entretenue, un rendez-vous urgent avec la clinique dentaire de McGill a été convenu. Tous les stagiaires présents ont trouvé l’expérience très intéressante, et particulièrement ceux qui ne prennent pas soin de leurs dents régulièrement : « Un stagiaire m’a même avoué à la fin du nettoyage qu’il ne s’était jamais brossé les dents de sa vie et que cette expérience lui avait permis de se rendre compte de l’importance du soin qu’il faut accorder à ses dents » raconte Stéphanie, intervenante au Boulot vers…

 

Le Boulot vers…en tournée dans Saint-Michel et Montréal-Nord

maison de l'Haiti - Montréal Nord

Vendredi 6 octobre 2017, une vingtaine de stagiaires accompagnée des membres du personnel du Boulot vers… se rendent dans Saint-Michel et Montréal-Nord. L’objectif? Permettre à tous de mieux saisir l’importance de ces quartiers pour Le Boulot vers : une visite chez un de nos clients le CPE St-Michel et la rencontre avec diverses organisations comme la Tohu, la Maison d’Haïti et les Fourchettes de l’Espoir. Suivez le guide!

Observer le travail finalisé et intégré chez un client de Saint-Michel

« La visite au CPE Saint-Michel a permis de se rendre compte de l’ampleur du projet réalisé par les anciens stagiaires » explique Marie-Ève, coordonnatrice administrative du Boulot vers. En 2016, Le Boulot vers … a construit du mobilier intégré pour l’aménagement de la 3e installation de ce CPE qui a 40 ans en 2017. Les stagiaires sont unanimes: « Voir notre production dans son aménagement nous fait prendre conscience de notre travail… Quand on fabrique le mobilier, on ne sait pas dans quel contexte il va être utilisé ».

Initiation au recyclage avec la Tohu.

La tournée s’est poursuivie à la Tohu, lieu de diffusion, de création, d’expérimentation de la culture, de l’environnement et de l’engagement communautaire. Les stagiaires ont été fascinés par les technologies écologiques intégrées au bâtiment de La Tohu : « C’est merveilleux ce qu’ils ont fait. Ça me motive à recycler! » explique Maude, stagiaire chez Boulot vers…

Découvrir l’histoire des nouveaux arrivants Haïtiens à Montréal.

Puis, on file vers La Maison d’Haïti, un établissement qui accueille, accompagne et aide, sur le plan de l’employabilité, les nouveaux arrivants haïtiens à Montréal. La directrice Marjorie Villefranche présente son organisation, en contant des histoires diverses sur l’arrivée des Haïtiens, toutes aussi intéressantes les unes que les autres. De l’excursion, la stagiaire Salomé retient: « Je ne savais pas qu’il y avait des Amérindiens sur l’île d’Haïti et j’ai été choquée d’apprendre comment ils ont été éradiqués » et le stagiaire Alpha renchérit : « Tu vois je te l’avais dit, c’est à cause de la colonisation ».

Manger dans un établissement d’insertion sociale, à Montréal-Nord!

Cette tournée se termine autour d’un dîner dans Montréal-Nord, aux Fourchettes de l’Espoir, qui assure, le soutien et l’accompagnement des plus démunis, en favorisant leur intégration au marché du travail. Alpha insiste sur le fait qu’il a particulièrement aimé Les Fourchettes de l’espoir, il pense même y retourner. Salomé s’empresse d’ajouter : « Le bâtiment des Fourchettes de l’Espoir m’a fait penser au Resto du cœur en France. D’abord en raison de leur mission et aussi par la citation de Coluche inscrite sur la façade du bâtiment, relatant l’idée que ce n’est pas de notre faute si les gens sont pauvres, mais ça le devient si l’on ne fait rien ».

Maude affectionne une passion pour le monde de l’art et de l’histoire, la visite à la Maison d’Haïti est d’autant plus enrichissante qu’elle habite dans le quartier et qu’elle n’avait pas connaissance de l’existence de cet organisme.

Fourchettes de l'espoir, restaurant d'insertion sociale à Montréal Nord

« N’attendons pas trop longtemps pour refaire cette virée » concluent les stagiaires. Une à deux visites par an dans ces quartiers s’avèrent nécessaires. À quand la prochaine?

Travaillons ensemble…

Dans un article paru récemment dans Le Devoir, Louis Audet, pdg de Cogeco se prononce sur l’engagement du milieu des affaires dans le débat public. Je réalise que des dizaines de gens d’affaires ont manifesté cet engagement, non seulement par la parole mais également par l’action, en devenant donateurs ou membres du conseil d’administration du Boulot vers… et ce, depuis 1983.

Pour Louis Audet, les personnes travaillant dans le milieu des affaires devraient contribuer à tout débat public, quel qu’il soit. Selon lui, c’est par la parole et la discussion que de nombreuses problématiques pourraient être évitées ou rapidement réglées. Il donne notamment l’exemple de la montée en puissance du populisme au Canada. Pour M. Audet, c’est parce que les « élites » ne s’expriment pas publiquement qu’elles sont blâmées. C’est aussi parce qu’on ne parle pas plus ouvertement de l’immigration et de l’identité du pays que la population canadienne s’en inquiète, et conséquemment, vote davantage pour des partis souvent populistes, véhiculant des peurs sans se baser sur des vérités confirmées.

En 2017, la prise de parole est essentielle, par les représentants du milieu des affaires traditionnelles, mais également par les agents de l’économie sociale. Le Boulot vers… doit rendre son action plus visible pour permettre à un plus grand nombre de jeunes une intégration sociale et professionnelle durable. En mettant de l’avant les résultats de notre action, nous rendrons possible la création de partenariats riches avec les entreprises privées mais également avec les milieux institutionnels et communautaires.

Une telle vision nous amène à une cohésion qui permet d’enrayer des contractions. La nouvelle stratégie financière de Loto Québec visant à « séduire les jeunes de 18-35 ans » à travers la mise en place de jeux d’argent et de hasard sur Internet en est un triste exemple. Cette stratégie invite continuellement les jeunes au jeu, en particulier ceux à qui Le Boulot vers… vient en aide, et elle fragilise les individus à tous les points de vue. Le Boulot vers… a fait le choix d’investir dans l’insertion sociale et professionnelle de jeunes en difficulté depuis plus de trente ans. Nous avons plus que jamais besoin d’amener les gens d’affaires, acteurs du milieu communautaire et décideurs à travailler ensemble afin de proposer des solutions à cette stratégie de Loto Québec.

Ces échanges et ces partenariats multi-milieux ont un effet immédiat. Ils apportent une ouverture d’esprit dans une société qui développe ainsi une meilleure cohésion sociale et débouche sur un développement économique plus équitable.

Voir aussi le combat de Peter Simons (DG de la maison Simons), citoyen, père et homme d’affaires.

Achat mobilier : Daniel Desputeau explique pourquoi la CDC Rosemont choisit de travailler avec le Boulot vers

Achat Mobilier sociale : entrevue avec Daniel Desputeau

M. Desputeau est agent de développement pour la Corporation de développement communautaire (CDC) de Rosemont. L’organisme pour lequel il travaille est client du Boulot vers… . De passage dans nos bureaux le 2 octobre dernier, il a accepté de répondre à nos questions :

Un mot sur la CDC de Rosemont…?

Regroupement multisectoriel, la CDC de Rosemont a pour mission d’assurer la participation et la concertation des acteurs du milieu communautaire au développement social de Rosemont. Nous travaillons dans une perspective de lutte contre la pauvreté et pour une transformation sociale.

Depuis quand et pourquoi la CDC de Rosemont achète du mobilier au Boulot vers… ?

Depuis trois ans, la CDC de Rosemont travaille avec Le Boulot vers… . Cette collaboration a vu le jour suite à une mobilisation citoyenne revendiquant l’installation de bibliothèques libre-service dans le quartier de Rosemont.
L’idée nous est venue de nous associer au Boulot vers… pour deux raisons principales. Premièrement, les valeurs sociales de Boulot vers… épousent celles de la CDC Rosemont; deuxièmement, l’entreprise d’économie sociale se trouve à proximité de notre quartier Rosemont.

Satisfait du mobilier que le Boulot vers… produit?

Oui, vraiment! Le rapport qualité-prix des meubles du Boulot vers… défie toute concurrence. Notre association a permis de leur faire de la publicité auprès de nos partenaires à Montréal. L’équipe de l’Arrondissement du Plateau Mont-Royal a contacté Le Boulot vers… lorsqu’elle a su qui était le fabriquant de nos bibliothèques.   Le Boulot vers… a produit une trentaine de bibliothèques pour la CDC de Rosemont du commencement de notre collaboration à aujourd’hui. Ces jours-ci, nous entamons la fabrication d’un nouveau produit pour la signalisation de nos ressources sur le territoire
de l’Arrondissement Rosemont-Petite- Patrie.