À quoi ressemble un 375e pour tous?

L’été montréalais nous propose un  éventail constant de festivals et d’événements gratuits, accompagnés cette année de la frénésie qui entoure le 375e. Également, cette saison amène des sans-abris plus présents dans les rues de Montréal, le jour comme la nuit.

En mai dernier, lors du lancement de la  stratégie d’inclusion sociale Un 375e pour tous!, la Ville de Montréal a fait l’annonce d’un soutien financier de 230 000 $, amenant à un peu plus d’un million le budget alloué en 2017 pour l’intervention sociale dans la rue, l’inclusion par l’emploi ainsi que la participation, la sensibilisation et la formation. Répartie entre 14 organismes communautaires du milieu de l’itinérance, dont plusieurs sont des partenaires du Boulot vers…, cette somme vise à mettre en place des projets d’inclusion sociale tout au long des festivités.

Que représente ce pas additionnel de l’administration Coderre envers les personnes en situation d’exclusion extrême ? Selon un récent article de Radio-Canada,  la facture du 375e anniversaire de Montréal atteint le milliard de dollars : à elle seule, l’illumination du Pont Jacques-Cartier a coûté 39,5 millions. Dans ce contexte, on ne peut parler d’un investissement proportionnel et surtout que représente ce nouvel engagement face à l’ampleur des problèmes découlant de l’itinérance?

L’administration Coderre promeut le 375e  anniversaire dans le but  de « refaire une  beauté» à la Métropole.  Mais au-delà de l’image, quels sont les impacts de ces investissements sur la vie de tous ses citoyens? Nommé en 2010, le Protecteur des personnes en itinérance Serge Lareault (anciennement directeur de L’Itinéraire) peut certainement nous proposer un plan d’action qui va au-delà de l’image!

À la semaine prochaine!

Jeanne Doré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *