L’insertion au Boulot vers, 34 ans à l’écoute des besoins des jeunes!

Comment permettre à un jeune en difficulté de transformer de façon durable son parcours professionnel et personnel ? Le Boulot vers… a décidé de profiter de son 35e anniversaire, qui aura lieu l’an prochain, afin de faire un bilan de son approche en matière d’insertion et retracer le parcours de ceux et celles qui ont été directement impliqués : les stagiaires arrivés au Boulot vers depuis 1983.

Depuis 34 ans, le taux de réussite annuel du Boulot vers en matière d’insertion sociale et professionnelle se situe en moyenne à 87%. Cet été, la personne embauchée pour effectuer les appels aux anciens stagiaires est ainsi partie en quête de l’histoire du plus grand nombre d’entre eux, afin de mettre des mots sur divers parcours d’insertion. Elle partage un avant-goût de ce qui nous attend en 2018.

Stagiaire en 2002, pour Isabelle, Le Boulot vers… offre la possibilité aux jeunes de sortir de l’isolement social : « En 2003, je suis partie en France avec LBV et déjà, on voyait des récurrences dans les chemins de vie. Il y avait des familles déchirées, des jeunes qui se cherchaient. Ça nous permettait de voir qu’on n’était pas tout seuls. Même si on s’y prenait différemment, au fond on cherchait tous la même chose: s’accomplir, être aimé et surtout, on cherchait comment on pouvait être utile ».

Pour Simon, stagiaire en 1994, l’équipe du Boulot vers a su être à l’écoute de ses besoins, en l’aidant à cibler ses objectifs : « Je me rappelle des rencontres avec l’orienteur. (…), ça m’a été utile pour me remettre sur les rails. J’avais 18 ans lorsque j’étais à LBV et j’étais dans une période un peu  »je m’en foutiste ». Rien ne m’intéressait. LBV m’a donné le goût du travail et de faire de quoi dans la vie. Ça m’a donné quelque chose dont j’avais besoin, comme une famille ».

Stagiaire en 1988, Pierre Théberge témoigne en ces mots dans Le Boulot vers…20 ans à meubler des vies, paru en 2003, comment s’est passé la première fois où il a été en contact avec le conseil d’administration du Boulot vers : « J’avais été surpris de voir qu’ils parlaient de nous, des problèmes qu’on vivait, de pourquoi on arrivait en retard. (…) Ça m’a vraiment surpris de voir que leur intérêt allait d’abord aux jeunes ».

Depuis bientôt 35 ans, Le Boulot vers…mise sur une vision sociale inclusive et œuvre pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de tous les horizons: « Ça peut aider tout le monde, LBV. Ça peut arriver à tout le monde d’avoir un moment plus difficile dans sa vie, peu importe notre éducation, notre réseau de soutien. Ça nous prend des gens qui nous aident à nous remettre sur pattes » partage Ly, une stagiaire de 2005.

Photo: Manon Lebeau, durant la période où elle a travaillé au Boulot vers de 2000 à 2014, a été au service de près de la moitié des 3000 jeunes qui sont venus au Boulot vers depuis 1983.