Santé mentale et marché du travail : l’importance de connaître ses droits

Action Autonomie, le collectif pour la défense des droits en santé mentale de Montréal,  vient de rendre accessible au public un guide pour la défense des droits en santé mentale intitulé « Ma santé mentale et mes droits au travail ». À titre d’entreprise d’insertion fondée il y a près de 35 ans, Le Boulot vers…acclame cet effort visant à donner des moyens pour permettre un marché du travail plus inclusif.

Le droit à l’égalité, tel qu’énoncé par l’article 10 la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, ne peut avoir un sens que si nous savons comment le revendiquer : « L’objectif du guide vise à éclairer les personnes sur leurs droits quant à différentes facettes de ces problématiques et à les outiller sur leurs recours pour faire respecter leurs droits ».

Depuis 2014, plus de 80% des stagiaires qui sont acceptés pour effectuer un stage au Boulot vers…possèdent une problématique en santé mentale, diagnostiquée ou non diagnostiquée[1]. En 2012 et 2013, ce chiffre se situait à près de 60%. Cela signifie que plus de la moitié des stagiaires du Boulot vers sont touchés de façon constante par des problématiques en santé mentale, une statistique qui tend à augmenter au fil des dernières années.

Le Boulot vers… cherche à permettre à un jeune de mieux comprendre ses difficultés lors de sa période de  stage, afin qu’il puisse être davantage outillé face au marché du travail. L’Entreprise d’insertion est ainsi à même de témoigner que ces difficultés sont encore plus importantes lorsqu’un jeune doit identifier, accepter et puis surmonter certains enjeux liés à sa santé mentale.

Pour ceux et celles intéressés à télécharger le guide « Ma santé mentale et mes droits au travail », vous pouvez cliquer ici.

 

[1] Les problématiques de santé mentale non diagnostiquées sont : troubles du sommeil, anxiété, stress.